L'intoxication aux glands – Kavale

Les teintes rougeoyantes, les feuilles qui virevoltent, les champignons au sol, l’odeur de l’humus … L’automne est une magnifique saison mais elle présente malheureusement des risques de maladies pour nos amis équidés. L’an dernier, nous avions abordé le cas de la myopathie atypique, nous allons désormais faire un zoom sur l’intoxication aux glands.

Sommaire

1/ LES RESPONSABLES, LES TANINS HYDROLYSABLES

2/ LES SYMPTÔMES

3/ QUELS TRAITEMENTS?

4/ LA PRÉVENTION

1/ LES RESPONSABLES, LES TANINS HYDROLYSABLES

Les glands sont constitués de tanins hydrolysables. A l’origine, ces molécules sont synthétisées par les végétaux pour repousser leurs agresseurs, pour se protéger des animaux qui voudraient les manger car elles donnent un goût amer.

Cependant, certains chevaux n’en tiennent pas compte et en mangent de grandes quantités.

Ces tanins sont transformés au cours de la digestion en composés irritants et toxiques capables de traverser la paroi intestinale. En passant dans le sang, ils peuvent causer de gros dommages aux parois des vaisseaux sanguins, dans le foie et dans les reins.

Selon les années, les glands d’un même arbre peuvent être plus ou moins chargés en tanins hydrolysables.

De même, les glands fraîchement tombés voire même verts, sont plus dangereux.

3/ 🤒 LES SYMPTÔMES

La maladie peut se déclarer très rapidement mais également passer (presque) inaperçue pendant plusieurs jours. C’est pourquoi il est important de connaître les symptômes pour pouvoir agir rapidement et surtout, ne pas attendre un état critique.

Au moindre doute, d’autant plus s’il y a présence de chênes accessibles, il vaut mieux contacter un vétérinaire.

*

LES PRINCIPAUX SYMPTÔMES sont:

▪️ Coliques

▪️ Alternance de phases de constipation et de diarrhées sanglantes voire noires, avec observation d’enveloppes de glands dans les fèces

▪️ Mictions fréquentes

▪️ Présence de sang dans les urines, parfois suivie d’une anurie : baisse des quantités d’urine émise qui signe le début d’une insuffisance rénale, le pronostic devient alors plus sombre

▪️ Anorexie (perte d’appétit)

▪️ Fatigue

▪️ Tachycardie (accélération de la fréquence cardiaque)

▪️ Hyperpnée (augmentation de l’amplitude des mouvements respiratoires)

Ces troubles peuvent apparaître sous 2 formes: soit après une ingestion ponctuelle d’une grande quantité ou suite à une ingestion prolongée même de faible quantité pendant plusieurs semaines.

Le vétérinaire pourra effectuer une vidange gastrique pour analyser le contenu de l’estomac. Des analyses sanguines et urinaires sont également pratiquées pour orienter le diagnostic.

*

Ces troubles peuvent apparaître sous 2 formes: soit après une ingestion ponctuelle d’une grande quantité ou suite à une ingestion prolongée même de faibles quantités pendant plusieurs semaines.

Le vétérinaire pourra effectuer une vidange gastrique pour analyser le contenu de l’estomac. Des analyses sanguines et urinaires sont également pratiquées pour orienter le diagnostic.

3/💉 QUEL TRAITEMENT?

Il n’existe pas à proprement parler de traitement pour cette intoxication. Les soins consisteront à traiter les symptômes, à tenter de soulager les reins et le foie et à attendre l’élimination des toxines lorsque l’animal survit.

4/ LA PRÉVENTION

L’aspect sur lequel il faut donc miser est la prévention: 

➡️ empêcher l’accès aux chênes en particulier si les chevaux semblent être attirés par les glands 

➡️ s’assurer qu’il y a suffisamment d’herbe à pâturer (ou de foin en complément); les chevaux affamés se jetteront plus facilement sur les glands s’ils ne reste que ça.

Voilà, vous savez désormais quels sont les signes à surveiller ainsi que les moyens pour éviter l’intoxication.

 

À bientôt pour un nouvel article!

×