Les teintes rougeoyantes, les feuilles qui virevoltent, les champignons au sol, l’odeur de l’humus … L’automne est une magnifique saison mais elle présente malheureusement des risques de maladies pour nos amis équidés.

L’an dernier, nous avions abordé le cas de la myopathie atypique, nous allons désormais faire un zoom sur l’intoxication aux glands.

 

SOMMAIRE

 

  • 1. LES RESPONSABLES, LES TANINS HYDROLYSABLES
  • 2. LES SYMPTÔMES
  • 3. QUELS TRAITEMENTS?
  • 4. LA PRÉVENTION

1. LES RESPONSABLES, LES TANINS HYDROLYSABLES

Les glands sont constitués de tanins hydrolysables. A l’origine, ces molécules sont synthétisées par les végétaux pour repousser leurs agresseurs, pour se protéger des animaux qui voudraient les manger car elles donnent un goût amer.

Cependant, certains chevaux n’en tiennent pas compte et en mangent de grandes quantités.

Ces tanins sont transformés au cours de la digestion en composés irritants et toxiques capables de traverser la paroi intestinale. En passant dans le sang, ils peuvent causer de gros dommages aux parois des vaisseaux sanguins, dans le foie et dans les reins.

Selon les années, les glands d’un même arbre peuvent être plus ou moins chargés en tanins hydrolysables.

De même, les glands fraîchement tombés voire même verts, sont plus dangereux.

 

2. 🤒 LES SYMPTÔMES

La maladie peut se déclarer très rapidement mais également passer (presque) inaperçue pendant plusieurs jours. C’est pourquoi il est important de connaître les symptômes pour pouvoir agir rapidement et surtout, ne pas attendre un état critique. Au moindre doute, d’autant plus s’il y a présence de chênes accessibles, il vaut mieux contacter un vétérinaire  :

Les principaux symptômes sont:

  • Coliques
  • Alternance de phases de constipation et de diarrhées sanglantes voire noires, avec observation d’enveloppes de glands dans les fèces
  • Mictions fréquentes
  • Présence de sang dans les urines
  • Parfois suivie d’une anurie : baisse des quantités d’urine émise qui signe le début d’une insuffisance rénale, le pronostic devient alors plus sombre
  • Anorexie (perte d’appétit)
  • Fatigue
  • Tachycardie (accélération de la fréquence cardiaque)
  • Hyperpnée (augmentation de l’amplitude des mouvements respiratoires)

Ces troubles peuvent apparaître sous 2 formes: soit après une ingestion ponctuelle d’une grande quantité ou suite à une ingestion prolongée même de faible quantité pendant plusieurs semaines.

Le vétérinaire pourra effectuer une vidange gastrique pour analyser le contenu de l’estomac. Des analyses sanguines et urinaires sont également pratiquées pour orienter le diagnostic.

 

3. 💉 QUEL TRAITEMENT?

Il n’existe pas à proprement parler de traitement pour cette intoxication. Les soins consisteront à traiter les symptômes, à tenter de soulager les reins et le foie et à attendre l’élimination des toxines lorsque l’animal survit.

En prévention, empêcher les chevaux de se rendre aux pieds des chênes.

4. LA PRÉVENTION

L’aspect sur lequel il faut donc miser est la prévention: 

➡️ empêcher l’accès aux chênes en particulier si les chevaux semble attirés par les glands 

➡️ s’assurer qu’il y a suffisamment d’herbe à pâturer (ou de foin en complément); les chevaux affamés se jetteront sur les glands s’ils ont faim

💡À savoir!

Au printemps, les chênes peuvent aussi représenter un risque pour les chevaux: en sortie d’hiver, les pâtures sont souvent rases, abîmées et donc peu (voire pas) nutritives. C’est dans ces conditions que les chevaux seront attirés par les jeunes pousses de feuilles qui sont également dangereuses pour eux.

 

Voilà, vous savez désormais quels sont les signes à surveiller ainsi que les moyens pour éviter l’intoxication.

 

À bientôt pour un nouvel article

 

Crédit photo: Pixabay

 

 

 

SOMMAIRE

 

  • 1. UNE TIQUE, C'EST QUOI?
  • 2. PÉRIODE ET LIEUX PROPICES
  • 3. LES MALADIES TRANSMISES PAR LES TIQUES
  • 4. LA PRÉVENTION

1. UNE TIQUE, C’EST QUOI?

La tique est un acarien (oui oui) qui débute sa vie au sol puis s’accroche à des hôtes (nos chevaux, nos chiens, nous …mais aussi des oiseaux, lézards, gibiers…) pour se nourrir de sang. C’est à cette occasion qu’elle peut transmettre des agents pathogènes.

Elle passe du stade d’oeuf à celui de larve (qui n’a que 3 paires de pattes, griffues) puis de nymphe (4 paires de pattes, comme l’adulte, mais sans orifice génital) pour finir adulte. La plupart des tiques change d’hôte à chaque stade de son développement, c’est ainsi qu’elle peut transmettre une maladie d’un cote à un autre.

Une tique femelle pond plusieurs milliers d’oeufs …

2. PÉRIODE ET LIEUX PROPICES

Originellement en France, les tiques sont présentes du printemps à la fin de l‘automneCependant, les modifications climatiques et, par conséquent, les hivers plus doux, permettent aux tiques d’être présentes en plus grand nombre et de sévir toute l’année dans certaines régions.

 

Les lieux où on trouve les plus grandes populations de tiques sont les herbes relativement hautes et les sous-bois. C’est pourquoi les chevaux au pré sont particulièrement exposés au risque de se faire piquer.

Les tiques aiment les coins tempérés et humide tels que les herbes hautes et les sous bois

2. LES MALADIES TRANSMISES PAR LES TIQUES

 

La maladie de Lyme (ou borréliose)

❔ La cause: une bactérie, Borrelia burgdorferi

🤒 Les symptômes:

  • Hyperthermie modérée
  • Fatigue
  • Raideurs
  • Boiterie intermittente ou chronique avec inflammation articulaire, pouvant toucher plusieurs membres et plusieurs articulations
  • Hyperesthésie (sensibilité exacerbée au contact ou à la lumière)
  • Uvéites
  • Dysphagie (gène pour déglutir).
  • Oedème aux jambes et au fourreau
  • Anorexie
  • Amaigrissement
  • Fourbure

Certains sujets infestés seront pourtant asymptomatiques ou ne présenteront qu’un léger “coup de mou”.

🔬 Diagnostic: En effectuant une sérologie ou PCR (moins efficace chez le cheval)

💉 Traitement: Il n’existe pas de vaccin, le traitement est basé sur de l’antibiothérapie le plus précocement possible et sur une longue période, pour avoir des chances d’être efficace.

 

La piroplasmose (ou Babésiose)

❔ La cause: Un piroplasme. C’est un protozoaire (microorganisme unicellulaire) . Ce piroplasme est un parasite intracellulaire dont les cellules cibles sont les globules rouges qu’ils font éclater (hémolyse). Il existe 2 agents infectieux différents Babesia caballi et Theileria equi

🤒 Les symptômes:

  • Hyperthermie 
  • Baisse de l’état général, perte d’appétit ;
  • Muqueuses pâles ou ictére (muqueuses jaunes)
  • Anémie
  • Hémoglobinurie (sang dans les urines)
  • Oedème des membres
  • Complications rénales, cardiaques à craindre
  • Parfois: coliques et/ou symptômes nerveux
  • Pétéchies (taches roses sur les muqueuses)
  • Installation d’une forme chronique avec une anémie chronique modérée

Il existe 3 formes: Aiguë (la plus fréquente), Suraiguë (plus rare, touche plutôt les poulains, elle est difficilement soignable), Chronique (une baisse de l’état général, légère anémie et parfois perte d’appetit

 

Le cheval peut aussi connaître des périodes asymptomatiques mais la maladie peut ressurgir; les parasites ne sont plus visibles dans le sang périphérique mais peuvent se localiser dans les organes hématopoïétiques (foie, rate, moelle osseuse). Lors d’une baisse des défenses immunitaires (stress, maladies…) du cheval, le parasite peut réapparaître dans la circulation sanguine générale.

💡À savoir! Le cheval atteint par Theileria equi peut présenter une hyperthermie moins prononcée qu’avec Babesia caballi mais présenter une anémie plus importante.

🔬 Diagnostic:

  • La recherche directe du parasite ou de son génome (technique PCR, très sensible. Frottis sanguin, permettant de mettre en évidence les piroplasmes dans les hématies.
  • La recherche d’anticorps , le test le plus connu est la technique ELISA ,qui met en évidence des anticorps spécifiques que le cheval a développés.

💉 Traitement:

Pour le traitement de la Babésiose, il n’existe qu’une seule molécule en France : l’imidocarbe (Conne sous le nom de Carbésia ®). Ce traitement, dont les effets secondaires sont fréquents, nécessite l’administration anti-inflammatoires non stéroïdiens associés ou non à un antispasmodique pour éviter les coliques.

Pour le traitement de la Theilériose, deux molécules peuvent être utilisées. L’imidocarbe (comme pour la babésiose) mais également l’oxytétracycline (antibiotique). 

Si le cheval est très affaibli, il est conseillé de procéder en premier lieu à un traitement symptomatique pour qu’il soit en meilleure forme pour supporter le traitement de fond (perfusion, faire baisser la fièvre…) tout en gardant en tête que ce traitement de fond doit tout de même être effectué rapidement pour éviter que l’anémie ne s’aggrave.

 

L’anaplasmose

Vous connaissez peut être cette maladie sous le nom d’Ehrlichiose.

❔ La cause: Une bactérie, Anaplasma phagocytophilum

🤒 Les symptômes:

Un certain nombre de chevaux ne présente que peu de symptomes assez généraux: une hyperthermie, une baisse d’appétit et de forme.

Cependant, certains cas présentent des symptômes plus inquiétants et spécifiques:

  • Œdème des membres
  • Pétéchies
  • Ictère
  • Ataxie
  • Refus de se déplacer
  • Augmentation de la fréquence cardiaque (avec parfois des arythmies)

🔬 Diagnostic:

Frottis sanguin, PCR ou Sérologie.

💉 Traitement:

Antibiotique (oxytétracycline)

 

💡 Pensez-y! Ces 3 maladies et leurs traitements mettent l’organisme à rude épreuve: aidez votre cheval à retrouver la forme et à éliminer les toxines en lui donnant des compléments vitaminés et des dragueurs (demandez conseil à votre vétérinaire)

3. LA PRÉVENTION

Vous l’aurez compris, les tiques sont les vecteurs de maladies pouvant être graves et il n’existe pas de vaccin. La seule prévention est de lutter contre elles.

Généralement, il faut que la tique reste accrochée plusieurs heures (env 24h) pour transmettre l’agent pathogène dans le corps du cheval; c’est pourquoi il est nécessaire de faire un check-up quotidien pour pouvoir les retirer au plus vite et ainsi éviter une contamination.

➡️ Pour retirer une tique, l’utilisation d’une pince spéciale est vivement recommandée pour éviter d’éclater la tique en la dérochant et/ou de laisser la partie de son corps accrochée sous la peau du cheval.

➡️Il existe également de nombreux produits, plus ou moins naturels, permettant de limiter l’attaque par les tiques:

Les répulsifs, qui incitent les tiques à aller ailleurs (mais il y a toujours quelques guerrières qui s’accrochent tout de même et qu’il faudra retirer)

Les acaricides, qui vont tuer les tiques (produits chimiques à utiliser avec précautions)

➡️La solution passe également par un entretien des pâtures pour éviter les zones broussailleuses.

 

La pince permet d'éviter que la tête de la tique ne reste sous la peau

Vous l’aurez compris, il est important d’être vigilant vis à vis des tiques tant pour votre cheval que pour vous.

 

À bientôt pour un nouvel article

 

Crédit photo: Pixabay

Rédiger un commentaire

SCROLL UP