Chaque mois, notre équipe part à la rencontre d’un professionnel de la filière équine afin de mieux comprendre l’utilité de ses missions auprès de nos chevaux.

Avec ce seconde épisode, c’est le métier d’ostéopathe équin que nous allons découvrir.

 


 

               

                     Depuis quelques années, l’ostéopathie animale, en particulier équine, tend à se normaliser.C’est devenu un soin couramment pratiqué sur les chevaux de loisir, de compétition, de club ainsi que sur les reproducteurs.

Ce mois-ci, c’est Stessy Billy, ostéopathe animalière, qui nous présente son métier-passion. Elle a découvert sa vocation adolescente, après une expérience avec l’ostéopathie sacrément positive, sur son poney Apache. Elle nous raconte tout.

 

 

 Extraits de propos recueillis par Lolita de Florès, disponibles en intégralité en version audio ci-dessous 🎧

Chez le cheval, quels sont les signes visibles ou perceptibles qui peuvent indiquer que la visite d’un ostéopathe pourrait être la bienvenue?

” Les signes peuvent être tout ce qui est comportements anormaux, inhabituels. Par exemple un cheval qui l’habitude de sortir de son pré en trottant et qui ne le ferait soudainement plus, on peut se poser des questions. On va aussi observer les réactions au sanglage, les désordres digestifs, des état émotionnels différents par rapport à d’ordinaire, des mouvements de dressage qui ne passent plus ou des refus à l’obstacle…”

 

Y’a t’ils des étapes dans la vie du cheval pour lesquelles il est conseillé de faire intervenir un ostéopathe même si on ne remarque rien d’anormal?

Alors oui, pour le débourrage c’est toujours intéressant et important de prévoir au moins 1 visite avant de commencer, histoire d’avoir un cheval qui débute cette étape, très importante dans sa vie, sans douleur. On va aussi penser aux chevaux en croissance. Après le poulinage, c’est également important.

Et dans le cas de chevaux qui ont de fortes dissymétries tels que les chevaux “high low” qui positionnent toujours le même antérieur fortement en avant avec une attitude en ciseaux.

 

Donc il ne vaut mieux pas attendre que le cheval montre des signes d’inconfort, tu conseillerais d’agir en prévention?

“L’idéal pour les routines est d’agir 2 fois par an, hormis les soucis comme par exemple une chute au pré ou des problèmes de santé type colique où là, on va agir dès la fin de la crise.

 

Certains se posent peut-être la question, est ce que les manipulations sont douloureuses pour le cheval?

“C’est en fonction des techniques. On ne va pas se leurrer, certaines peuvent être, non pas douloureuses, mais gênantes pour le cheval. Tout comme si on doit agir par exemple,  sur un estomac qui est sujet aux ulcères, évidemment qu’on va réveiller des gênes. Grâce à des techniques “douces” types tissulaires, énergétiques on va travailler sur des fascias et des muscles ce qui est un peu moins invasif que des techniques structurelles. Après tout dépend de ce que l’on recherche pour le cheval tout comme le particulier qui nous appelle.”

 

Toi, personnellement, tu utilises quelles techniques?

“Je suis plutôt dans des approches dites “fluidiques”, donc techniques tissulaires, cranio sacrées, viscérales, somato-émotionnelles et énergétiques.”

 

Est-ce que tu aurais une anecdote explicite qui pourrait convaincre une personne sceptique vis à vis de l’ostéopathie?

“Oui, j’ai par exemple l’histoire de Caramel qui est un poney shetland acheté avec un camping pour proposer une activité “balade à poney”. Les nouveaux propriétaires m’ont appelé pour faire un check-up ostéopathique à toute la cavalerie. Caramel m’est présenté comme étant le petit poney tout mou, avec de toutes petites foulées, à qui on confie les plus jeunes enfants.

A la fin de la consultation, quand nous l’avons remis au pré, Caramel est parti au galop dans tout le pré, il faisait des bonds dans tous les sens de bonheur d’être libéré dans son corps. Un petit peu plus tard, la propriétaire m’a contacté pour me dire que Caramel a récupéré énormément d’énergie et de joie de vivre et que maintenant il n’est plus à la traîne derrière pendant les balades mais que c’est lui qui les emmène!”

 

Pour découvrir la version intégrale de l’interview de Stessy et en savoir un peu plus sur le syndrome de High low, la version audio est disponible en haut de l’article.

 

Vous pouvez retrouver Stessy sur son site internet : https://www.obea-sb.com sur sa page Facebook  et son compte Instagram @stessybillyosteo

 

A bientôt pour une nouvelle rencontre d’un “Pro pour nos chevaux”

 

Rédiger un commentaire

SCROLL UP