Chaque mois, notre équipe part à la rencontre d’un professionnel de la filière équine afin de mieux comprendre l’utilité de ses missions auprès de nos chevaux.

Avec ce premier épisode, c’est le métier de saddle fitter que nous allons découvrir.

 


 

                  Le saddle fitter est le professionnel qui peut vous venir en aide afin de vérifier votre selle actuelle, l’adapter ou bien la changer. Son but est que celle-ci corresponde au maximum à vos besoins en termes de discipline, de morphologie, de confort, que ce soit pour vous ou pour votre cheval. 

Afin de découvrir ce métier, nous sommes allées à la rencontre de Lucie Delamare, Saddle fitter en Bretagne. Elle s’est formée auprès de Glenn Hasker, maître sellier anglais, suite à des difficultés pour seller son propre poney et l’envie d’entreprendre.

 

 Extraits de propos recueillis par Lolita de Florès, disponibles en intégralité en version audio ci-dessous 🎧

 

 Pourquoi est-ce important que la selle soit adaptée à la morphologie de chaque cheval?

” C’est important car chaque cheval a une morphologie propre et une selle adaptée va lui permettre de développer tout son potentiel physique, sa musculature, ainsi que son potentiel sportif.  Certains chevaux peuvent se défendre lorsque la selle ne leur convient pas mais la plupart n’auront que des réactions discrètes à cet inconfort. “

 

Quels sont les indicateurs, sur le cheval ou le cavalier, qui peuvent laisser penser que la selle n’est pas (ou plus) adaptée?

“Pour les chevaux, les signes peuvent être plutôt discrets mais ils peuvent par exemple, ne plus vouloir avancer, embarquer et charger les obstacles ou encore battre à la main ou se mettre au-dessus de la main.  Dans le cas du cavalier: souvent celui-ci n’arrive pas à se tenir droit, à avoir les jambes fixes ou une indépendance des aides, et ce malgré les efforts et les remarques du moniteur; le souci vient dans la plupart des cas de la selle qui n’est pas adaptéePour le cavalier, il est important qu’il soit en équilibre au-dessus de ses pieds, que l’alignement épaule/fesses/talons soit respecté. 

Dans un premier temps la selle doit être adaptée au cheval, ce qui permet d’effectuer un 1er tri parmi les différentes marques, puis ensuite elle doit être adaptée au cavalier afin que celui-ci soit dans le confort pour trouver sa place lorsqu’il est à cheval.”

 

Concrètement, tu te fies à quels critères pour vérifier l’adaptation de la selle?

“Tout d’abord, je commence par poser un certain nombre de questions afin de tenir compte du contexte, de vos problématiques et pouvoir vous proposer des solutions qui vous correspondent. Ensuite je prend les mesures du cheval, c’est l’outil de base pour pouvoir sélectionner certains modèles de selles et en éliminer d’autres. J’utilise un flexi curve qui est une règle souple afin de prendre les mesures du dos du cheval, personnellement je prends les empreintes au niveau du garrot, de la 14ème vertèbre thoracique, de la 18ème vertèbre thoracique et enfin de la ligne du dessus. Mais ces mesures varient selon les saddle-fitters. Après ça, je pose votre selle sur le dos du cheval et vérifie que celle-ci vient au contact de manière continue et uniforme sur son dos et ne dépasse pas la 18ème côte thoracique. 

C’est pour cela que le saddle fitting ne peut pas se faire sur photo, il est important que le professionnel touche pour apprécier l’adaptation de la selle au cheval en statique puis ensuite puisse observer le couple cavalier/cheval en mouvement. Cela lui permet ensuite de sélectionner ou éliminer des modèles de selles. Certains saddle fitters utilisent des tapis à capteurs de pression, ce qui permet d’aider à comprendre comment fonctionne la selle par rapport au cheval mais il faut quand même avoir connaissance du matériel, des différentes selles et différentes formes d’arçons qui peuvent convenir, ou non, à tel ou tel type de morphologie.”

 

Quelles sont les solutions si la selle ne convient pas?

“Cela dépend à quel point la selle ne convient pas. 

En effet, de plus en plus de selles sont adaptables, modifiables avec systèmes d’arcades interchangeables ou des arçons qui peuvent passer dans des presses à chaud ou à froid. Quand c’est le cas on peut ouvrir ou fermer l’arçon pour que cela convienne mieux à la morphologie du cheval. Les saddle fitters, nous travaillons beaucoup avec des selles à matelassures en laine, on peut adapter celles-ci en enlevant de la matière, en en rajoutant ou en en déplaçant pour adapter les matelassures à la morphologie du cheval… Cependant dans certains cas, l’adaptation de la selle n’est pas possible, dans ce cas il vaut mieux en changer. Je travaille avec beaucoup de marques pour correspondre à toutes les morphologies, toutes les disciplines et tous les budgets.”

 

A quelle fréquence préconiserais-tu la consultation d’un saddle fitter?

“Il y a plusieurs cas, il est conseillé de faire une visite avant le débourrage pour que le cheval ait une première “bonne impression” de la selle et qu’elle ne provoque pas d’inconfort.

Ensuite, on recommande de faire une visite par an, cela dépend de l’âge du cheval, s’il est encore en croissance ou non, si on a une utilisation intensive de la selle ou non… Si on a une utilisation intensive, on va se rapprocher des 9/10mois entre les visites alors que si on monte seulement pour une balade le dimanche on peut pousser à 1,5 ans.”

 

Pour découvrir la version intégrale de l’interview de Lucie et connaitre l’anecdote rigolote qui s’est produite durant son activité, la version audio est disponible en haut de l’article.

 

Vous pouvez retrouver Lucie sur son site internet : https://www.saddlefittingbretagne.com et sur sa page Facebook @saddlefittingbretagne 

 

A bientôt pour une nouvelle rencontre d’un “Pro pour nos chevaux”

 

Rédiger un commentaire

SCROLL UP