L’hiver est une saison propice au développement de la gale de boue, des crevasses et des pieds trop humides. Faisons le point sur ces affections qui méritent d’être soignées rapidement pour éviter la surinfection.

 

SOMMAIRE

  • 1. La gale de boue
  • 2. Les crevasses
  • 3. Les fourchettes pourries

1. LA GALE DE BOUE (ou Dermatophilose)

En réalité elle n’est pas causée par une gale mais par une bactérie présente en milieu humide (Dermatophilus congolensis.)

C’est le bas des membres qui est généralement atteint mais l’affection peut remonter plus haut sur les membres et même être présente sur la croupe et le dos.

 

🤒 Les symptômes de la gale de boue

La peau paraît tendue, rouge et chaude. Les poils forment des paquets et la peau des croûtes, qui finissent par tomber en laissant une peau à vif, suintante.

Il faut traiter la gale de boue avant qu’elle ne se propage, le risque étant qu’elle ne s’aggrave en lymphangite.

La peau est enflammée, des paquets de poils tombent.

Que faire?

La prévention est importante: 

  • Il faut éviter les terrains trop humides. Ce n’est pas toujours possible, il faut alors installer le foin à l’endroit le plus sec de la parcelle et changer régulièrement son emplacement si de la boue se forme.
  • Laisser la protection naturelle que constituent les poils peut également éviter que l’eau et les bactéries n’atteignent la peau. Mais cela n’est valable que pour les chevaux aux poils très fournis et denses. Sinon, cela peut être l’inverse; humidité et bactéries atteignent la peau et y restent emprisonnés. Dans ce cas, rincer et sécher régulièrement le bas des membres peut éviter une atteinte de la peau. 

Une fois la gale de boue déclarée:

  • Laver au savon doux antiseptique et en bien sécher avec une serviette propre. 
  • Il est possible d’appliquer des crèmes spécifiques achetées ou faites maison, pour aider la peau à se régénérer et à combattre la bactérie. 
  • Les formes plus sévères nécessitent une visite du vétérinaire pour la prescription d’une pommade antibactérienne et la gestion d’une probable lymphangite. Un antibiotique par voie orale peut même être prescrit dans les formes graves.
  • Tondre les zones atteintes peut simplifier les soins mais attention à ne pas arracher les croûtes avec la tondeuse. Si vous tondez, mieux vaut ensuite éviter de remettre votre cheval dans la boue.

‼️ Il y a plusieurs précaution à prendre lorsqu’on soigne la gale de boue:

  • Éviter de laver trop souvent; la peau est déjà agressée, il faut éviter d’aggraver l’irritation. Un lavage doux tous les 2 jours est suffisant. Le reste du temps, laissez sécher la boue puis retirez-la doucement avec une brosse sans arracher les croûtes. 
  • Utiliser une serviette propre à chaque séchage et ne pas frotter, tapoter pour éponger l’humidité.
  • Ne surtout pas arracher les croûtes mais préférer un lavage à l’eau chaude pour les ramollir. Elles se décolleront seules lorsqu’elles seront prêtes à tomber. Les arracher activerait un processus d’inflammation, ferait saigner ou suinter la peau qui risquerait alors une infection.

 

Quelle crème appliquer? 

Il existe une multitude de crèmes et de pommades, plus ou moins grasses. Certains optent pour le fait maison: de la vaseline avec des extraits de plantes, des huiles essentielles ou du soufre. D’autres préfèrent des crèmes antiseptiques moins grasses.

Le choix du traitement sera fonction du lieu de vie et du temps que l’on peut accorder aux soins; en effet, les crèmes très grasses à base de vaseline peuvent être compliquées à gérer car elles emprisonnent l’humidité et les germes si le membre n’a pas été lavé et séché correctement, ce qui peut aggraver la situation. De même, pour la retirer en vue du nettoyage, il faut avoir un peu de temps.

Pour les formes légères de gale de boue, une simple mise au sec avec des lavages au savon antiseptique peut même suffire si le cheval a un bon système immunitaire. 

Le plus sage est de se tourner vers un vétérinaire qui vous aidera à éviter la surinfection.

 

💡A savoir

La dermatophilose peut également se retrouver sur le dos et la croupe.

 

Les crevasses se situent dans le pli du paturon.

2. LES CREVASSES

L’apparition de crevasse est une autre affection fréquente par temps froid et humide. La peau fine des paturons, sous l’effet de l’humidité, des températures basses et de sa localisation (articulation) va s’irriter, se fissurer et une crevasse va se former. Pouvant être très douloureuses, il n’est pas rare que le cheval se mette à boiter s’il en est atteint.

🤒 Les symptômes des crevasse

La peau rougit et finit par craquer horizontalement. Une croute se forme dans chaque crevasse mais elle s’ouvre lorsque le cheval marche. Le membre peut, comme pour la gale de boue, s’infecter et s’engorger dans les cas sévères.

Que faire?

Au vu de sa localisation, c’est une plaie difficile à soigner. Le cheval, en se déplaçant, va étirer la peau et rouvrir la plaie fréquemment. Il convient donc de:

  • Désinfecter avec un savon antiseptique pour éviter que des bactéries viennent infecter la plaie puis bien sécher avec une serviette propre.
  • Nourrir la peau pour l’assouplir afin d’éviter qu’elle ne continue à craquer.
  • Mettre le cheval au repos si la crevasse s’ouvre pendant les séances ou que le cheval montre de l’inconfort.

‼️ Il y a plusieurs précaution à prendre lorsqu’on soigne les crevasses.

  • Ne pas mettre de cloches jusqu’à la cicatrisation totale.
  • Il faut éviter de couper les fanons qui servent de gouttières naturelles 

Quelle crème appliquer?

 Comme pour la gale de boue, il existe plusieurs types de pommades et de crèmes. Il faut surtout prendre garde à ce que la peau soit parfaitement propre avant leur application et bien sèche.

Vous pouvez essayer ce remède maison qui aidera à purifier la peau grâce à l’argile et à l’assouplir grâce à l’huile👉 https://astucesecurie.com/soin-naturel-cheval/remede-diy-traiter-crevasses-cheval/

 

💡A savoir!

Comme pour la gale de boue, infection et lymphangite peuvent apparaître si des bactéries s’installent dans la crevasse. En cas de doute, n’hésitez pas à faire venir le vétérinaire.

 

3. LES FOURCHETTES POURRIES

Même s’il ne s’agit d’une affection cutanée à proprement parlée, nous ne pouvions pas passer à coté de ce problème fréquemment rencontré en cette saison.

Les sols humides sont un environnement favorable au développement de bactéries et champignons pouvant être la cause de la dégradation des sabots. Parmi elles, le pourrissement de la fourchette est un grand classique.

🤒 Les symptômes des fourchettes pourries

La plupart du temps, ce sont les fourchette qui en sont victimes mais la sole peut également être atteinte. La sole devient poudreuse et s’effrite, la fourchette devient molle, sa lacune médiane se creuse… le tout accompagné d’une forte odeur de pourriture.

Que faire? 

  • En premier lieu, comme pour les affections précédentes, éliminer la cause. Mettre le cheval sur un sol sec et sain. S’il est au box, la litière en copeaux peut être une solution (attention à veiller à ce que le cheval ait du foin à volonté!). Quel que soit le type de litière, il ne suffira pas d’en rajouter un peu chaque jour car le fond serait toujours humide: il faut éliminer la litière souillée pour que les sabots soient au maximum au sec. L’urine favorise la dégradation des sabots.
  • Si le cheval est au pré, cela compliquera la guérison et il faudra alors veiller à installer le foin à l’endroit le moins humide.

 

Quel traitement appliquer?

Il existe des produits à base de liqueur de vilatte plutôt efficaces permettant aux tissus de guérir et de sécher. D’autres remèdes maison peuvent également être appliqués, comme par exemple ce traitement d’attaque https://astucesecurie.com/soin-naturel-cheval/pourriture-fourchettes-soin-diy-naturel-pate/ à compléter ensuite (ou en prévention) par celui-ci, https://astucesecurie.com/soin-naturel-cheval/le-remede-naturel-et-economique-contre-fourchettes-pourries/ .

Et le goudron de Norvège? 

On entend souvent parler du goudron de norvège mais attention, il est plutôt conseillé en prévention et sur sur un pied parfaitement nettoyé et sec. En effet, sur un pied déjà atteint il aura tendance à emprisonner les germes et l’humidité, ce qui peut ralentir la guérison si le sabot n’est pas parfaitement nettoyé et séché avant son application.

 

💡 A savoir

Si le problème persiste et/ou que le cheval se met à boiter, contacter un maréchal est ce qu’il y a de mieux à faire. Il ne faudrait pas passer à côté d’un autre problème plus grave comme une fourmilière.

 

En conclusion, ces 3 affections, si elles sont gérées correctement dès le début, ne sont pas inquiétantes. Mais ne laissez pas traîner si l’état se dégrade, les conséquences pourraient être bien plus ennuyeuses (et douloureuses).

 

A bientôt pour un nouvel article! 🙃

Rédiger un commentaire

SCROLL UP